Saturday, September 09, 2017

Parce que, chanson de Charles Aznavour (1963) reprise par Serge Gainsbourg




Parce que t'as les yeux bleus
Que tes cheveux s'amusent à défier le soleil
Par leur éclat de feu

Parce que tu as vingt ans
Que tu croques à la vie comme à un fruit vermeil
Que l'on cueille en riant

Tu te crois tout permis et n'en fais qu'à ta tête
Désolée un instant prête à recommencer
Tu joues avec mon cœur comme un enfant gâté
Qui réclame un joujou pour le réduire en miettes

Parce que j'ai trop d'amour
Tu viens voler mes nuits du fond de mon sommeil
Et fais pleurer mes jours

Mais prends garde, chérie, je ne réponds de rien
Si ma raison s'égare et si je perds patience
Je peux d'un trait rayer nos cœurs d'une existence
Dont tu es le seul but et l'unique lien

Parce que je n'ai que toi
Mon cœur est mon seul maître et maître de mon cœur
L'amour nous fait la loi

Parce que tu vis en moi
Et que rien ne remplace les instants de bonheur
Que je prends dans tes bras

Je ne me soucierai ni de Dieu, ni des hommes
Je suis prêt à mourir si tu mourais un jour
Car la mort n'est qu'un jeu comparée à l'amour
Et la vie n'est plus rien sans l'amour qu'elle nous donne

Parce que je suis au seuil
D'un amour éternel je voudrais que mon cœur
N’en portât pas le deuil

Parce que
Parce que


Tuesday, September 05, 2017

Une bonne nouvelle si vous cherchez les paroles de chansons

Le journal Le Monde a consacré à un site à la publication de paroles de chansons.
Pour la première fois, on peut lire de tels textes sans toutes les fautes qu'on trouve ailleurs.

Accéder au site de paroles de chansons du Monde

Monday, August 14, 2017

Le dernier rendez-vous, chanson de Frida Boccara





Le dernier rendez-vous

Souviens-toi du dernier rendez-vous
L’automne, une place au quartier Montparnasse
Souviens-toi, la nostalgie et nous
Personne pour entendre nos larmes de septembre

La vie continuait presque trop vraie
Aveugle et lente, mais que l’ombre des regrets
Est violente lorsque l’on a vu le soleil de tout près

Souviens-toi de nos derniers baisers
Timides, dérisoires, point d’orgue à notre histoire
Souviens-toi, mon cœur, mon passager
Le vide, le silence, puis un matin l’indifférence

Anthologie de la chanson française par Michel Garçon

Liste 1/2 : les 200 premières chansons




Liste 2/2 régulièrement enrichie



Sunday, August 06, 2017

Paroles de Ma rivière, chanson de Frida Boccara (lyrics)

Sur la musique de la Moldau de F. Smetana


Tu es le seul pays que j’aie sur terre
Tu es l’eau de ma colline, tu es ma rivière
Rivière mon amie, mon ami Pierre
Je t’aime tout comme une île se donne à la mer

Tu coules entre les rives de mon cœur plein d’espoir
En renversant des villes comme font les miroirs
Du ciel et de l’eau, du ciel et de l’eau
Tu es le seul pays que j’aie sur terre
Tu es l’eau de ma colline, tu es ma rivière

Tu nourris les arbres de l’éternité
Les châteaux de marbre où l’on va s’aimer
Tu rends mes hivers aussi fertiles qu’un été
Ô toi l’ami Pierre qui me fut donné

Tu es le seul pays que j’aie sur terre
Tu es l’eau de ma colline, tu es ma rivière
Tu coules entre les rives de mon cœur plein d’espoir
En renversant des villes comme font les miroirs
Du ciel et de l’eau, du ciel et de l’eau

Je te dis que ce monde est sans mystère, mon ami Pierre
L’amour est le seul pays plus grand que la terre
L’amour est le seul pays plus grand que la terre
Et la rivière fait le tour du monde emportant mon cœur
Brûlant dans le torrent de son printemps plus grand que la terre
Et moi je suis larguée vu qu’on ne vire, arrive en chantant

Ma rivière ma rivière ma rivière ma rivière ma rivière

Sunday, July 30, 2017

Atlas sonore des langues régionales de France

Découvrir l'atlas

VERBES DU 3E GROUPE À 2 RADICAUX VISIBLES DANS L’INFINITIF

POUR LA CONJUGAISON À L’INDICATIF PRÉSENT

1)   Terminaisons muettes : s, s, t au singulier, ent au pluriel

Par tir (par est le radical singulier, part est le radical pluriel)
Sor tir
Sen tir
Men tir
Dor mir
Ser vir
Sui vre
Vi vre
Me ttre (il met, ils mettent)
Battre

2     2)   Terminaisons muettes : ds, ds, d au singulier, ent au pluriel

Ren dre (ren est le radical singulier, rend est le radical pluriel)
Enten dre
Descen dre
Eten dre
Attendre
Ven dre
Répon dre
Mor dre
Tor dre
Per dre

NB : Cette consonne additionnelle au pluriel se retrouve à l’imparfait et au subjonctif présent.
Ex/ 1
Il par(t) / ils part(ent) (différence sonore : 1 phonème, l’extension T)
Il part ait
Qu’il part (e)

Ex. 2
Elle ren(d) / elles rend(ent) (différence sonore : 1 phonème, l’extension D)
Elle rend ait
Qu’elle rend (e)



Saturday, July 15, 2017

Paroles de chansons d'Yvan Dautin

Entre le marteau et l’enclume

Entre le marteau et l’enclume, on a forgé le forgeron
On a rayé d’un trait de plume ses traits tirés par le charbon
Sa veuve esseulée qui s’enrhume a quatre fers sous les talons
Elle a souffert, mais l’amertume rendit boiteuse cette liaison.

Entre le marteau et l’enclume, on a forgé le forgeron
On a rayé d’un trait de plume ses traits tirés par le charbon
Fouette cochet dans son costume,  le corbillard est un violon
Ainsi que le veut la coutume, il fait le mort, plus de chanson.

Entre le marteau et l’enclume, on a forgé le forgeron
On a rayé d’un trait de plume ses traits tirés par le charbon
Sa veuve esseulée qui s’enrhume porte des fleurs, triste moisson
 Elle a souffert, mais l’amertume rendit douteuse cette souillon.

Entre le marteau et l’enclume, on a forgé le forgeron
On a rayé d’un trait de plume ses traits tirés par le charbon
A cheval fou, voici la brume qui mord encore le canasson
Qui va piétinant les légumes, les herbes folles et les chardons.

Entre le marteau et l’enclume, on a forgé le forgeron
On a rayé d’un trait de plume ses traits tirés par le charbon
Sa veuve esseulée qui s’enrhume a quatre fers sous les talons
Elle a souffert, mais l’amertume rendit boiteuse cette liaison.


Qu’elle est jolie, la fille d’en bas

Qu’elle est jolie, la fille d’en bas
Chapeau de paille et la bague au doigt
Quand elle va, comment ça va
Qu’elle est jolie, cette larme-là

On vit sa vie, mais on ne sait pas
Où va la vie quand l’amour est là
On fait son lit sous les lilas
On dit toujours, toujours, toujours, toujours, mais ça ne tient pas

Qu’elle est jolie cette larme-là
Vaille que vaille, elle pense à moi
Quand elle vient, plus rien ne va
Qu’elle est jolie, la fille d’en bas

On vit sa vie, on compte surtout
Drôle de vie, y en a pas beaucoup
On fait son lit sous les lilas
 On dit qu’un jour, un jour, un jour, mais ça ne vient pas

Qu’elle est jolie, la fille d’en bas
Chapeau de paille et la bague au doigt
Quand elle va, comment ça va
Qu’elle est jolie, cette larme-là

Le vent debout lui fait les yeux doux
Et je l’ai vue se pendre à son cou
Robe légère et bas de soie
Qu’elle est jolie, la fille d’en bas